UFR de Physique

Propositions de stages en laboratoire -- M2

Les offres sont actualisées en mai. Par exemple, les offres de stages pour l'année universitaire 2015-2016 seront mises en place en mai 2015, les offres de stages pour l'année universitaire 2016-2017 seront mises en place pour en mai 2016, etc.

Etude théorique et numérique des propriétés opto-mécanique de molécules plasmoniques

  • Option Lumière-Matière, Générique du parcours Lumière-Matière
  • Laboratoire: Institut d'Electronique, Micro-électronique et Nanotechnologie (IEMN)
  • Responsable du stage: LEVEQUE Gaëtan (gaetan.leveque@univ-lille1.fr, 03.20.43.48.09)
  • Co-responsable(s): Abdellatif AKJOUJ
  • Mots clés: photonique, plasmonique, symétrie, simulation numérique, modes élastiques
  • Fiche complète en PDF : Fiche complète en PDF

Les modes plasmons de surfaces sont des modes optiques confinés au voisinage d’un nano-objet métallique, caractérisés par une exaltation de l’intensité de la lumière incidente par plusieurs ordres de grandeurs, pour une longueur d’onde bien déterminée. Les propriétés de ces modes dépendent de l’environnement immédiat du système, ils peuvent être utilisés suivant les applications pour créer des nano-sources optique et/ou thermique, ou comme sonde locale permettant la caractérisation de molécules uniques. Les « molécules plasmoniques » sont obtenues en approchant les unes des autres un petit nombre de particules métalliques de forme simple (sphère, cylindre, triangle…) à des distances de l’ordre de quelques nanomètres à une dizaine de nanomètres. Les modes plasmons de ces systèmes, qui résultent de la combinaison des modes plasmons de particules en modes collectifs, sont très sensibles à ces distances de séparation. Dans ce stage, il va s’agir d’étudier théoriquement et numériquement des molécules plasmoniques suspendues sur des piliers diélectriques oscillants. Il s’agira d’étudier comment les modes de vibrations de ces piliers permettent de contrôler temporellement le couplage entre les constituants individuels de la molécule par la modulation des distances interparticules. On cherchera essentiellement à évaluer les amplitudes d’oscillation des longueurs d’ondes de résonances en fonction des symétries des modes acoustiques et plasmoniques. En fonction de l’avancement du projet, nous pourrons nous intéresser à l’effet d’une petite variation de masse de l’un des constituants métalliques, l’idée ultime étant de « peser » des molécules. L’étudiant utilisera des méthodes semi-analytiques (programmation) ainsi que des simulations par éléments finis (logiciel).