UFR de Physique

Propositions de stages en laboratoire -- M2

Les offres sont actualisées en mai. Par exemple, les offres de stages pour l'année universitaire 2015-2016 seront mises en place en mai 2015, les offres de stages pour l'année universitaire 2016-2017 seront mises en place pour en mai 2016, etc.

Mécanique cellulaire : la réponse cellulaire aux contraintes mécaniques en conditions physiopathologiques

  • Option Finalisée « Physicien des hopitaux » du parcours Physique Biologique et Médicale
  • Laboratoire: Institut Pasteur de Lille (Pasteur Lille)
  • Responsable du stage: Frank Lafont (frank.lafont@ibl.fr, 0320871136)
  • Co-responsable(s): Lorena Redondo-Morata
  • Mots clés: Microscopie à force atomique, super-résolution en microscopie photonique, reconstitution de complexes protéiques sur bicouches supportées

Le développement des nanotechnologies dans le domaine biomédical permet de visualiser à différentes échelles et d’analyser des interactions moléculaires à ces niveaux, de la cellule unique à la cellule voire l’organise, et aussi de mesurer des paramètre biophysiques de la cellule au tissu (forces d’adhésion, module élastique, viscosité…). Les applications sont nombreuses de l’aide au diagnostic, aux études des mécanismes de contamination de surfaces utilisées en industries agroalimentaires ou en recherche fondamentale pour l’analyse de phénomènes en biologie cellulaire.

Le sujet du stage porte sur la reconstitution in vitro de complexes protéiques associés aux membranes et au suivi dynamique de leur interactions. Ceci dans le contexte plus général de la réponse cellulaire de type autophagique (Prix Nobel 2016). L’analyse par microscopie à force atomique (AFM) à haute vitesse pourra être corrélée à l’analyse de la distribution de molécules par microscopie à fluorescence dite de super résolution (Prix Nobel 2014) permettant un examen à la résolution nanométrique.

Le modèle expérimental est constitué de complexes protéiques ATG (autophagy related genes) reconstitués sur des bicouches lipidiques. Cette méthode permet de mieux comprendre les phénomènes membranaires impliqués dans la formation des autophagosomes. Ceci constitue un défi technologique permettant de lever un verrou conceptuel crucial pour permettre de cibler la régulation de l’autophagie dans des situations physio-pathologiques.